Le Monde: 'Le président du la Catalogne annonce un référendum pour le 1er octobre'

divendres, 9 de juny de 2017

C'est un pas de plus vers la sécession de la Catalogne, selon Barcelone ; une nouvelle provocation, pour Madrid. Après une réunion exceptionnelle de l'ensemble des ministres catalans, le président du gouvernement régional, Carles Puigdemont, a annoncé vendredi 9 juin la date du référendum d'autodétermination unilatéral qu'il entend convoquer officiellement, malgré l'opposition ferme du gouvernement conservateur de Mariano Rajoy. Ce sera le dimanche 1er octobre 2017.

M. Puigdemont a également annoncé quelle serait la question posée lors du référendum : « Voulez-vous que la Catalogne soit un Etat indépendant sous la forme d'une république ? » Et d'insister sur le fait que « la réponse sera un mandat que ce gouvernement s'engage à appliquer ».

« Ils peuvent annoncer ce référendum autant de fois qu'ils veulent et le repousser autant de semaines qu'ils le désirent et convoquer autant de manifestations qu'ils souhaitent, ce référendum ne va pas se tenir », avait déjà tranché, mercredi, la vice-présidente du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria. Et de préciser que la position de Madrid « n'est pas de faire des annonces mais d'agir ». « Et quand il faudra agir, nous le ferons », a-t-elle martelé.

Pour Madrid, une nouvelle opération de propagande

Pour le gouvernement, l'annonce de la date du référendum est une nouvelle opération de propagande. Or il se veut prudent dans sa réponse afin de ne pas fournir de nouvelles munitions aux indépendantistes, prompts à accuser le Parti populaire (PP, droite, au pouvoir) de manquer de culture démocratique. Il n'envisage d'agir contre le référendum qu'une fois que des décisions concrètes seront prises, en particulier lorsque le décret de convocation sera signé et publié. Pour cela, Madrid peut compter sur deux armes : la réforme du Tribunal constitutionnel approuvée en 2015, qui lui permet de relever des élus de leurs fonctions en cas de désobéissance par une procédure urgente ; et l'article 155 de la Constitution, qui lui donne la capacité de suspendre l'autonomie catalane et de prendre les rênes de la région.

Malgré les multiples recours auprès de la Cour constitutionnelle et les menaces d'intervention de l'Etat, semaine après semaine, Barcelone fait montre de sa volonté de ne pas reculer. Le Parlement catalan doit approuver dans les prochains jours de manière définitive une réforme du règlement qui lui permettra d'approuver la loi de transition juridique, dite « loi de rupture », en moins de quarante-huit heures. Celle-ci est actuellement en cours d'élaboration, en secret, par la majorité indépendantiste. En mai, la commande d'urnes a déjà été publiée au Bulletin officiel catalan.

Manifestation prévue dimanche

Pour raviver la flamme indépendantiste, une grande manifestation est organisée à Barcelone dimanche 11 juin par l'association indépendantiste Assemblée nationale catalane (ANC), durant laquelle l'ancien entraîneur de l'équipe de football FC Barcelone, Pep Guardiola, sera chargé de lire un manifeste.

Car le mouvement semble s'essouffler, selon les derniers sondages du Centre d'étude d'opinion catalan : 46,8 % des Catalans sont opposés à l'indépendance et 45,3 % y sont favorables. Même parmi les séparatistes convaincus, le scepticisme l'emporterait, selon un sondage Metroscopia publié par le quotidien El Pais à la fin de mai. Ainsi, 62 % des Catalans et 85 % des autres citoyens espagnols considèrent que l'indépendance de la Catalogne a « très peu ou aucune chance de devenir une réalité ». Seuls 34 % des Catalans la voient possible à court terme, alors qu'en 2014 ils étaient 43 %.

Néanmoins aucune solution politique permettant de résoudre le conflit ouvert entre Madrid et Barcelone et de sortir de l'impasse actuelle n'est en vue. Pour Barcelone, le référendum n'est pas négociable. « Nous ne renoncerons jamais à notre droit à décider, a affirmé M. Puigdemont lors d'une conférence à Madrid, à la fin de mai. L'engagement est inviolable. Il y aura un référendum, et ensuite nous ferons une autre offre à l'Etat, mais ce sera alors pour négocier les conditions de notre départ. »

« Une mobilisation légitime »

Or au Parlement espagnol, le Parti populaire n'est pas le seul à s'opposer fermement à la tenue d'un référendum d'autodétermination, arguant que la Constitution garantit l'unité de l'Espagne et que, s'il était organisé, un référendum de ce type devrait impliquer la participation de tous les citoyens du pays. La position du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et des centristes de Ciudadanos est identique.

Plus ambiguë, la formation de la gauche radicale Podemos défend un référendum, mais accordé avec Madrid, avec toutes les garanties légales. « Un référendum unilatéral est une mobilisation légitime, mais ce que nous défendons, en Catalogne comme en Espagne, c'est la possibilité d'exercer le droit de décider et, pour cela, il faut un référendum légal, reconnu internationalement et qui a des effets juridiques », a déclaré son chef de file, Pablo Iglesias.

Celui que propose le gouvernement catalan a tout l'air, pour le moment, d'une réédition du référendum consultatif illégal de novembre 2014. La différence étant que Madrid est cette fois prête à bloquer, par tous les moyens, la tenue du référendum. Et que dans ce cas le numéro deux du gouvernement catalan, Oriol Junqueras, a laissé entendre qu'une déclaration unilatérale d'indépendance serait prononcée. L'escalade rhétorique ne fait sans doute que commencer.

0 comentaris:

Publica un comentari a l'entrada

 
 
Copyright © Infoindepe
xarxaindepe.org | info@xarxaindepe.org